• 1.Intitulé : Métiers de Désert et de la Mer

    Option (s), le cas échéant :

    • Option 1 : Management touristique
    • Option 2 : Valorisation des ressources maritimes

    Discipline (s) (Par ordre d’importance relative) : Management touristique, Pêche maritime

    Spécialité(s) du diplôme :

    Métiers de désert : Management touristique, Métiers de la mer : Gestion de la Pêche maritime

    Mots clés :

    Tourisme, Management, marketing, Patrimoine, Pêche maritime, Biologie marine, Gestion et valorisation des ressources maritimes

    2.Objectifs de la formation

    Le DUT « Les Métiers de Désert et de la Mer » offre un programme unique d’études englobant une gamme de disciplines, allant de l’écologie, l’évolution, la sociologie et l’économie de l’environnement. Cette formation scientifique qui rentre dans la stratégie nationale de développement des Villes de Métiers et progresse par la confrontation d’observations en milieu naturel, de données expérimentales et de concepts théoriques. Etre capable de manipuler et développer ces modèles est donc indispensable pour entretenir le dynamisme de la discipline. Cela requiert d’une part, une connaissance approfondie des théories existantes (origine et histoire de la construction des concepts, compréhension de leurs fondements), et d’autre part une certaine maîtrise des outils méthodologiques nécessaires à tout développement théorique. C’est dans cette optique qu’est proposé le DUT « Les Métiers de Désert et de la Mer ». Il comprend aussi bien l’acquisition de connaissances fondamentales que leur mise en œuvre dans divers domaines d’application et d’emploi.

    Actuellement, l’environnement constitue un véritable enjeu de chaque société. Ces vingt dernières années ont vu la multiplication de loi visant la protection de l’environnement contre les différentes pollutions générées par les différentes activités anthropiques à l’échelle nationale comme à l’échelle internationale. Pays d’une grande richesse écologique terrestre et marine, le Maroc, pays en développement, est menacé par différents types de pollutions et nuisances. Déjà en 2000, le coût de la dégradation de l’environnement a été estimé à 3,2% du PIB (20 milliards MAD/an en 1995). De même, le développement qu’a connu le Maroc durant les dernières décennies dans les secteurs socio-économiques vitaux, notamment l’agriculture, l’industrie, la pêche, le développement urbain, les infrastructures et le tourisme, n’a pas manqué d’induire des répercussions négatives sur la qualité de l’environnement. Le développement durable, concept consacré depuis la conférence de RIO, est un choix de développement auquel le Maroc a souscrit au même titre que la communauté internationale. Ce choix de développement, ne réside pas seulement dans la protection des ressources naturelles et l’amélioration des conditions socioéconomiques du pays, mais également et surtout l’amélioration de la qualité de vie du citoyen marocain.

    Pour ces raisons l’état a élaboré une « stratégie nationale pour la protection de l’environnement et le développement durable » et un plan d’action national pour l’environnement. L’accompagnement et l’accomplissement de la stratégie nationale sur l’environnement, du plan Maroc vert et la valorisation des produits agricoles et du tourisme durable d’une part et la réponse aux différentes attentes sur la protection des différentes ressources naturelles et des différents milieux physiques (Eau, air et sol) en vue d’un développement durable et l’amélioration des conditions de vie, ne peuvent se réaliser que par le renforcement des moyens humains spécialisés dans le domaine de l’environnement, de l’agrobiologie et de la biotechnologie alimentaire.

    L’Ecole Supérieure de Technologie de Laâyoune (ESTL) relevant de l’Université Ibn Zohr/Agadir se trouve au cœur des provinces du Sud, considéré comme château de diversité du Maroc d’où partent deux grands écosystmèes : la Mer et le Désert. En plus, la Région de Laâyoune Sakia El Hamra abrite la majorité des sites d’importance nationale et internationale (Sites RAMSAR).

    De point de vu biodiversité, le Parc National de Khnifiss est  caractérisé par une grande richesse faunistique et floristique permettant de classer cette région comme la plus importante à l’échelle nationale. En sus, la région est bordée d’un littoral long de 585 Km. Le secteur de la pêche constitue, avec les mines, la base économique majeure de toute la région. Le développement des activités de pêche s’appuie sur la présence d’un potentiel halieutique important et diversifié et sur l’existence d’une infrastructure portuaire en plein essor. La région compte trois ports : Laâyoune “El Marsa”, Tarfaya et Boujdour. D’importantes infrastructures d’accueil et de commercialisation des produits de la pêche, à savoir les halles au poisson et les structures nécessaires aux activités annexes (magasins pêcheurs, magasins mareyeurs, fabriques de glace, chambres froides, etc…) ont été réalisées dans la région.

    Consciente du rôle important que peuvent jouer les formations relatives au développement durable dans la gestion des ressources naturelles d’une façon générale et l’amélioration de la qualité de vie des citoyens, des options de la filière des Métiers de Désert et de la Mer seront créés pour la formation de techniciens supérieurs spécialisés. Cette filière permettra à l’Ecole Supérieure de Technologie de Laâyoune de s’intégrer dans son environnement et de la caractériser en tant que première institution d’enseignement universitaire public spécialisée en métiers de gestion intégrée des ressources naturelles de désert et de la mer, de l’environnement et du développement durable dans la Région de Laâyoune – Sakia EL Hamra.

    Option 1 : Les Métiers de Désert « Management touristique »

    En raison de sa situation géographique, à proximité de deux grands pôles d’attraction touristique (Agadir et Iles Canaries), la région de Laâyoune – Sakia El Hamra joue un rôle dynamique dans la promotion du Tourisme au sud du Maroc. La région dispose de plusieurs sites touristiques dont : La plage de Laâyoune, Lagune de Khnifis, Oasis de Lamseid, Sabkhat de Tah, Casamar de Tarfaya, les gravures rupestres d’Es-Samara et les dunes de sable. D’autre part, l’infrastructure touristique a connu une évolution importante et la région dispose actuellement de plusieurs établissements touristiques.

    La formation favorise la pluridisciplinarité, la capacité d’animation, d’analyse, d’adaptation aux mutations du marché, et innovation.

    La formation Ecotourisme et Développement Durable vise à :

    • former à l’écotourisme des professionnels capables d’élaborer des produits écotouristiques, de gérer ces produits, d’accompagner et de guider par des techniques d’interprétation appropriées des groupes de visiteurs et des publics diversifiés (tourisme scientifique, scolaires, touristes, randonneurs…).
    • accompagner les lauréats dans la formalisation de leur projet professionnel de création d’activités ou de structure, ou d’insertion dans une activité professionnelle (agent de promotion du patrimoine, agent de développement local, chargé de mission en développement touristique…).
    • Etre capable de mettre en œuvre des activités d’accueil du public et d’animation nature.
    • acquérir les techniques de gestion des aires protégées, des aires dégradées.
    • Acquérir des bases scientifiques pour la gestion et l’animation des aires protégées et des techniques d’animation des milieux naturels et des milieux historiques, développer les capacités d’analyse dans le domaine de l’environnement.
    • Assure la conception et la mise en œuvre de l’ensemble des actions d’éducation de l’environnement : Conçoit et réalise des animations pour les scolaires, le grand public et pour les manifestations se déroulant sur le territoire.
    • Valoriser les cultures traditionnelles et d’accompagner un développement économique et social local et durable dans la région.

    Option 2 : Les Métiers de la Mer « Pêche et Valorisation des Ressources Marines»

    Le Maroc dispose d’un réseau hydrographique lacustre (700 ha) et fluvial permanent (1500 km) offrant d’importantes possibilités piscicoles. Toutefois, pour mettre pleinement à profit les atouts et les avantages dont il dispose, il est appelé à répondre aux exigences croissantes requises par l’environnement socioéconomique et palier aux insuffisances actuelles qui entravent son développement. C’est dans ce contexte que le Maroc a lancé, en 2009, sa stratégie baptisée « Halieutis » qui a pour ambition de faire de l’aquaculture un réel moteur de croissance de l’économie nationale ; en augmentant la production de 500 à 200.000 tonnes à l’horizon 2020.

    La DUT des Métiers de la Mer « Pêche et valorisation des ressources marines» permet d’exercer les métiers de :

    • Marin pêcheur.
    • Patron artisan à la pêche.
    • Technicien dans des bureaux d’études spécialisées dans l’environnement ou la pêche.
    • Observateur et contrôleur des pêches.
    • Technicien en gestion des stocks.

    Le technicien supérieur assure la conduite et la gestion d’un navire de pêche. Il met au point les engins de pêche ou les techniques innovantes. Il participe au traitement et à la valorisation des poissons. Spécialiste de la réglementation des pêches, il prépare, organise et planifie des missions d’observations du milieu marin, des campagnes de pêche et des espèces et restitue les données collectées. Il participe aux actions de prévention et de lutte contre les pollutions des mers.

    3.Compétences à acquérir :

    Option 1 : Les Métiers de Désert « Management touristique»

    L’ambition de cette formation à l’égard des entreprises est de former des professionnels capables d’animer et de fédérer différents acteurs du développement territorial, avec un regard particulier porté sur le tourisme rural et scientifique. Les lauréats de cette formation qui peuvent être considérés comme des promoteurs du patrimoine territorial sont les acteurs d’un développement durable de territoires ruraux, par la valorisation du patrimoine local. Ils seront aptes à être des futurs leaders pour le développement de l’écotourisme dans leurs villages ou leurs villes. Les enseignements proposent à la fois une vision globale des territoires, de leurs dynamiques de développement ainsi qu’un certain nombre d’apports méthodologiques et techniques indispensables à l’exercice des activités visées (biodiversité, géodiversité, comptabilité/gestion – techniques d’animation et de communication – droit et réglementation, marketing…).

    • Acquérir une base de connaissances universitaires pluridisciplinaire en sciences de l’environnement
    • Posséder des savoirs techniques spécialement en diagnostic
    • Contribuer au diagnostic patrimonial écologique
    • Contribuer au diagnostic d’un paysage naturel, culturel
    • Assurer l’animation au niveau des aires protégées et des parcs nationaux
    • Assurer l’animation au niveau des aires protégées et des parcs nationaux
    • Assurer l’animation du patrimoine historique et culturel
    • Appliquer le protocole de suivi défini par l’équipe scientifique
    • Former des lauréats pour accompagner les objectifs de la stratégie nationale sur l’environnement et satisfaire les besoins des entreprises nationales
    • Former des lauréats pour accompagner les objectifs de la stratégie nationale sur les aires protégées – Acquérir des aptitudes et des moyens de communication et d’animation
    • Capable de réaliser des rencontres entre différents acteurs du secteur de l’environnement

    Option 2 : Les Métiers de la Mer « Pêche et Valorisation des Ressources Maritimes»

    • Acquérir une base de connaissances universitaires pluridisciplinaire en Pêche marine et la gestion des ressources marines.
    • Développer la capacité des futurs techniciens à faire le lien entre théorie et pratique dans le domaine de la pêche
    • Contribuer à la structuration et au renforcement de la filière la pêche et l’aquaculture régionale
    • Former des lauréats pour accompagner les objectifs du plan Maroc Halieutis, du plan décennal du HCEFLCD 2015-2024 et de satisfaire les besoins des entreprises nationales
    • Evaluer la durabilité des différents systèmes de production piscicole tant au niveau local que global
    • Analyser la conduite d’une entreprise piscicole ou aquacole et élaborer un diagnostic global dans un contexte de durabilité
    • Caractériser la production de pêche dans son contexte socio-économique, réglementaire et politique
    • Comprendre le fonctionnement de l’entreprise piscicole et raisonner les décisions en utilisant les outils de gestion appropriés

    Mettre en œuvre des équipements et installations des productions piscicoles tout en optimisant leur efficacité, en prenant en compte les contraintes techniques, environnementales, réglementaires et en recherchant les meilleures conditions d’hygiène et de sécurité.

  • 1.Modalités Admission

    Diplômes requis

    Baccalauréat : Sciences expérimentales (Physique/chimie(PC), Sciences de la vie et de la terre (SVT)) Sciences agronomiques et Sciences Maths (A)

    Pré requis pédagogiques spécifiques :  Les sciences de la vie et de la terre, Mathématiques, Chimie géographie nationale,

    Procédures de sélection : L’accès au semestre S1, la sélection s’effectuera sur la base des notes obtenues à l’examen du baccalauréat national.



  • sommaire_MÉTIERS DE DÉSERT ET DE LA MER


  • sommaire_MÉTIERS DE DÉSERT ET DE LA MER

  • Les lauréats de cette filière peuvent être embauchés dans le secteur privé et public selon les différentes options :

    Option 1 : Les Métiers de Désert « Management touristique »

    • Guide accompagnateur en tourisme rural soutenable et tourisme scientifique.
    • Concepteur de projets en écotourisme soutenable.
    • Responsable agence de voyages
    • Responsable de projets et des produits
    • Responsable de réservations
    • Responsable de marché
    • Responsable de services commerciaux
    • Assistant manager d’un village de vacances touristique
    • Responsable de communication et d’animation
    • Responsable d’animation du patrimoine naturel et paysager.
    • Technicien chargé de l’animation au niveau d’une association.
    • Technicien de la gestion des aires protégées.
    • Technicien en éducation à l’environnement.

    Option 2 : Les Métiers de la Mer « Pêche et Valorisation des Ressources Maritimes»

    • Responsable qualifié dans une exploitation ou une entreprise piscicole ou aquacole d’une façon générale.
    • Responsable hautement qualifié dans une exploitation spécialement piscicole.
    • Responsables techniques d’unité de production piscicole.
    • Responsable et conseiller en aquaculture.
    • Création de sa propre entreprise.

    Technicien supérieur des eaux et forêts.